LES BIENHEUREUX, Théâtre Aux Écuries, janvier 2016.
Mise en scène Michelle Parent.

En tissant des liens entres les gens et entre les arts, en piratant l’art et le réel, nous imaginons des portraits expressionnistes et poétiques de notre époque, de notre société. Provoquant des rencontres inédites, les oeuvres convoquent dans la création et sur scène des présences qui gravitent, dans la vie réelle, en périphérie de la majorité ordinaire. C’est ce point de vue périphérique sur le monde, qui distinguent l’écriture singulière de Pirata Théâtre depuis maintenant 10 ans.

 

 

MANDAT

Décloisonnement  

-Entre les gens: par le rassemblement rare et improbable de milieux étrangers l'un à l'autre, de différents ensembles, différentes appartenances/groupes sociaux au sein du processus créatif.

-Entre les Arts: en déhiérarchisant les langages artistiques, en tissant des dialogues et en déployant les résistances et résonances entre les diverses formes d’arts dans une approche d’écriture de plateau. 

-Transcender l'hermétisme même de l’Art : Composer et écrire le plateau spécialement à partir de ces rencontres improbables entre artistes et citoyens, à partir de ces présences qui, avec tout leur bagage de vie, de références, de corporalités, d’attitudes, de codes extérieurs à l’art, sont catapultées, souvent pour la première fois, à travers l’expérience et les codes de la théâtralité. Et c’est de cette collision, entre les codes de différents milieux, qu’émergent nos créations. 

- Immersion: S'immiscer dans d'autres environnements, sortir des salles de répétitions, se laisser imprégner par d'autres milieux, espaces,  qui ne sont pas nécessairement liées au milieu théâtrale.

 

Se penser collectivement :

La nécessité première des créations est de s’extirper de nos enfermements individuels pour se penser collectivement. De prendre un pas de recul, d'adopter une vision panoramique. Les inspirations, thématiques et sujets qui inspirent les créations sont philosophiques, politiques, sociologiques. Nous explorons/ questionnons les fissures, les rites, les paradoxes de notre rapport au monde. Nous nous appuyons sur des enjeux contemporains, des phénomènes et des mouvements sociaux.

Ensemble nous tissons des paysages sociaux, des cartes postales de notre époque: des fresques de nos constats, espoirs, convictions et révoltes sourdes. 

Les créations visent plus loin, plus larges que l’expression d’histoires ou de vécus. Ce n’est pas par l’expérience individuelle, l’expression biographique ou les récits personnelles que l’on plonge dans les enjeux traités mais plutôt par le biais des cadres de références, des codes, de la culture générale, du bagage commun, de l’imaginaire collectif. 

 

Des poèmes à échelle humaine : 

Développer l'écriture scénique, ainsi que la recherche d’harmonisation/composition des présences qu’induit le mélange de personnes de tout horizons sur scène. 

 

Culture de proximité :

Élaborer, animer des ateliers de création et de médiation culturelle. 

 

 

 

 

MISSION 

 

Pirata Théâtre présente des créations qui se distinguent par leur théâtralité éclatée mettant en jeu des distribution rassemblant des gens de tous horizons.  La recherche de la vraie rencontre et la recherche d’une écriture de l'espace, des corps, du rythme, de la parole,  invente une dramaturgie qui n’a de cesse de déplacer les frontières entre les arts, entre les Hommes, entre l'art et le lien social. La singularité des distributions et la diversité de l'équipe de création visent autant la recherche esthétique que les rencontres humaines. Chaque création mobilise des êtres qui ont quelques choses en commun qui les fait graviter en périphérie de la majorité. Ce ralliement de présences devient en lui-même un langage supplémentaire pour exprimer l’oeuvre et le monde actuel et pose chaque fois, une question sous-jacente: que nous dit cet échantillon de la société de nos systèmes, de nos valeurs, de nos emprisonnements, de nos dérives? 

Nos réalités actuelles, nous pousse constamment à nous penser individuellement, personnellement. À l’opposé, Pirata Théâtre n’appelle pas ici un théâtre d’autoréférencement, ou d’expression autobiographique. Nous cherchons à lire le monde autrement que dans la dominante individuelle/personnelle, à proposer une lecture où nous nous regardons, où nous nous pensons collectivement, politiquement. L’action artistique révèle ce qui grondent en nous,  ce l’imaginaire collectif déposent en nous, ce que nous partageons. 

Usant de moyens poétiques et symboliques, pillant des matières textuels diverses, la culture populaire ainsi que les référents de toutes ces présences qui prennent part aux projets, nous travaillons avec la présomption qu’en nourrissant la création d’un processus d'interactions, d'influences, de réciprocité, d’observations, les coutures et les accros du tissu social s’exhibent.

Nous tissons un théâtre d'ensemble, un théâtre de l'image où la scène est une plateforme pour réfléchir à ce qui nous traverse, à ce que l’on subit, à ce qui les systèmes déposent en nous, à ce que nos silences endossent, à ce que l’on voudrait changer. Elle devient un territoire de réconciliation unique et une tentative de recoller le ‘’vivre ensemble’’ par tous les moyens possibles au théâtre. Comme un poème qui s’adresse d’abord à nos sens et à nos imaginaires et ouvre de multiples pistes de compréhension possibles.

Une telle manière de faire du théâtre propose une autre manière de le regarder, une autre manière de le construire, un tout autre langage artistique et nous plonge dans un état autre pour le recevoir : une autre corde vibre, une autre sensibilité résonne, l'écoute n'est plus tout à fait la même, l'implication non plus. Nous sommes tous, acteurs et spectateurs, piratés, concernés, sur la corde raide de ce qui se joue.

 

 

 Bref historique

Anciennement collectif d'artistes qui a mené de nombreuses manifestations artistiques de 2009 à 2015, Pirata théâtre s'est incorporé en 2015. Dirigé par Michelle Parent qui est aussi la metteure en scène principale, Pirata théâtre nourrit une approche qui mélange les formes d’arts et des gens de milieux différents pour nourrir des réflexions collectives et questionner notre rapport au social. Plusieurs créations ont marquées l'imaginaire: LA MAISON, spectacle présenté en 2011 à la salle Fred-Barry a remporté le prix de la pertinence sociale -le noble cochon-lors du Gala des cochons d’or et rassemblait des actrices et des jeunes femmes en difficultés autour des thématiques de l’isolement sociale et de la rédemption. Depuis 2014, ALBUM DE FINISSANTS, un spectacle mettant en scène un choeur d’adolescents a été joué plus de 50 fois dans cinq villes : c’est plus 300 adolescents qui auront pris d’assaut les scènes, toutes représentations confondues. Ce spectacle est coproduit avec Matériaux Composites et a remporté le prix pour une réalisions artistique inclassable au gala des cochons d’or ainsi que deux nominations (mise en scène et équipe démontrant le plus de cohésion sur scène). En 2016, la création LES BIENHEUREUX, a été remarquée par la critique et le public en affichant complet. S'y rassemblait autour de la thématique de l’addiction/injonction au bonheur, des acteurs et des personnes aux prises avec des dépendances. Les spectacles de PIRATA THEATRE ont été joués au Festival Zone Homa, au théâtre Denise-Pelletier, à Espace Libre, Au Centre National des Arts d'Ottawa, Au théâtre Aux Écuries. Parallèlement la compagnie se spécialise dans la médiation culturelle et le partage de la création théâtrale dans divers milieux. Elle compte des milliers d'heures d’échanges, de transmission, d’expérimentation et de résidences artistiques dans des écoles secondaires et des organismes à caractère sociaux.