LES BIENHEUREUX, Théâtre Aux Écuries, janvier 2016.
Mise en scène Michelle Parent.

MANDAT MISSION ET HISTORIQUE

Mandat:

Décloisonnement : 

-Entre les gens : par la rencontre à travers la création de milieux qui se côtoient rarement; En incluant dans la mise en oeuvre et sur la scène des gens issus de la majorité silencieuse ou des personnes marginalisées qui gravitent en périphérie de la société active. « Faire entendre ceux que nous entendons rarement »

-Entre les Arts: travailler sur la déhiérarchisation des langages artistiques qui régissent une oeuvre théâtrale et faire dialoguer diverses formes d’arts dans une approche d’écriture de plateau. 

-Transcender l'hermétisme même de l’Art.

Se penser collectivement :

L’approche et la nécessité première des créations sont philosophiques, politiques, sociologiques Explorer/questionner les fissures, les rites et les paradoxes de notre rapport au monde. S’appuyer sur des enjeux contemporains, des phénomènes et des mouvements sociaux.

Culture de proximité : Élaborer, animer des ateliers de création et de médiation culturelle. 

Des poèmes à grandeur humaine :Développer l'écriture scénique, ainsi que la recherche d’harmonisation des présences qu’induit le mélange non-acteurs et professionnels sur scène. 

 

Mission

Pirata Théâtre présente des créations qui se distinguent par leur théâtralité éclatée mettant en jeu des interprètes en marge de la société active et des professionnels du théâtre. La recherche d’une écriture de l'espace, des corps, du rythme, de la parole et du geste invente une dramaturgie qui n’a de cesse de déplacer les frontières entre les arts, entre les Hommes, entre l'art et le lien social. La singularité des distributions vise autant la recherche esthétique que la rencontre humaine et devient en elle-même un langage supplémentaire pour exprimer l’oeuvre et le monde actuel. Que nous dit cet échantillon de la société de nos systèmes, de nos valeurs?Comment cet échantillon devient la résonance des thématiques exposées dans l’oeuvre?

Nos réalités actuelles, nous pousse constamment à nous penser individuellement. À l’opposé, la présence de non-acteurs n’appelle pas ici un théâtre d’autoréférencement ou documentaire. Nous cherchons à lire le monde autrement que dans la dominante individuelle/personnelle, à proposer une lecture où nous nous regardons, où nous nous pensons collectivement, politiquement. Nos matériaux et impulsions de créations prennent leur essor dans les constats, les convictions, les idéaux et les espérances des gens qui prennent part au projet, et non dans l’anecdote autobiographique. L’action artistique révèle ce qu’ils sont prêts à défendre, à porter publiquement, ensemble.

Usant de moyens poétiques et symboliques, pillant des matières textuels diverses, la culture populaire ainsi que les référents des gens qui prennent part aux projets, nous travaillons avec la présomption qu’en nourrissant la création d’un processus d'interactions, d'influences, de réciprocité, d’observations, les coutures et les accros du tissu social s’exhibent. Nous tissons un théâtre de l'image où la scène est une plateforme pour réfléchir à ce qui nous traverse, à ce que l’on subit, à ce qui les systèmes déposent en nous, à ce que nos silences endossent, à ce que l’on voudrait changer. Elle devient un territoire de réconciliation unique et une tentative de recoller le ‘’vivre ensemble’’ par tous les moyens possibles au théâtre. Comme un poème qui s’adresse d’abord à nos sens et à nos imaginaires et ouvre de multiples pistes de compréhension possibles.

Nous cherchons ensemble avec le pressentiment ou l’espoir qu’une telle manière de faire du théâtre influence la connivence scène-salle et nous convie, comme spectateur, à se sentir concerné. Une telle manière de faire du théâtre propose une tout autre manière de le regarder, et une toute autre manière de le construire, un tout autre langage artistique. Une telle manière de faire du théâtre met à l ordre du jour la question fondamentale et incontournable de savoir en quoi le théâtre demeure irremplaçable? Par le collectif, car c’est peut-être là un de nos derniers agoras qui ne serait pas virtuel.

 

Bref historique

Anciennement collectif d'artistes qui a mené de nombreuses manifestations artistiques de 2009 à 2015, Pirata théâtre s'est incorporé en 2015. Dirigé par Michelle Parent qui est aussi la metteure en scène principale, Pirata théâtre nourrit une approche qui mélange les formes d’arts et des gens  de milieux différents pour nourrir des réflexions collectives et questionner notre rapport au social. Plusieurs créations ont marquées l'imaginaire: LA MAISON, spectacle présenté en 2011 à la salle Fred-Barry a remporté le prix de la pertinence sociale -le noble cochon-lors du Gala des cochons d’or et rassemblait des actrices et des jeunes femmes en difficultés autour des thématiques de l’isolement sociale et de la rédemption. Depuis 2014, ALBUM DE FINISSANTS, un spectacle mettant en scène un choeur d’adolescents a été joué plus de 50 fois dans cinq villes : c’est plus 200 adolescents qui auront pris d’assaut les scènes, toutes représentations confondues. Ce spectacle  qui utilisait l’école pour évoquer le système et la désobéissance sociale est coproduit avec Matériaux Composites et a remporté le prix pour une réalisions artistique inclassable au gala des cochons d’or ainsi que deux nominations (mise en scène et équipe démontrant le plus de cohésion sur scène). En 2016, la création LES BIENHEUREUX, a été remarquée par la critique et le public en affichant complet. S'y rassemblait autour de la thématique de l’addiction/injonction au bonheur, des acteurs et des personnes aux prises avec des dépendances. Les spectacles de PIRATA THEATRE ont été joués au Festival Zone Homa, au théâtre Denise-Pelletier, à Espace Libre, Au Centre National des Arts d'Ottawa, Au théâtre Aux Écuries. Parallèlement la compagnie se spécialise dans la médiation culturelle et le partage de la création théâtrale dans divers milieux. Elle compte des milliers d'heures d’échanges, de transmission, d’expérimentation et de résidences artistiques dans des écoles secondaires et des organismes à caractère sociaux.